• Un écrin de solitude qui m'étreint



    J'ai perdu la douceur de tes bras autour de moi et la solitude est devenue le seul écrin qui m'étreint. J'ai perdu la caresse de tes mains sur moi et ce grand lit vide n'enveloppe plus que des nuits tristes de froid. Mon Amour, mon coeur semble ouvert aux quatre vents et mon corps a si peur de ses tourments. Je ne sais plus où réfugier mon âme inconfiante. Je ne sais plus où accrocher mon amour immense. Tout me semble creux, dénué de sens. Tout me fait détester de plus en plus ce corps que tu aimais tant, cette poitrine à la peau douce et laiteuse où tu aimais venir chercher tendresse et réconfort...

    Tout mon corps est vide, comme fané et tari... tari de ses envies, de ses folies... tari de ses désirs, de ses plaisirs... il n'éprouve plus rien, ne ressent plus rien. Il ne respire plus, comme engourdi, transi. Il s'endort, perd conscience de son identité, de ses capacités à plaire, à aimer. La petite fleur fragile, sans tes attentions, s'est ternie à jamais. Elle qui s'était si joyeusement éclose et offerte, s'est flétrie de jour en jour, pour se refermer à jamais sur l'ultime caresse de ta langue amoureuse...


  • Commentaires

    1
    Samedi 27 Juin 2009 à 18:03
    L'étreinte...
    Est une sensation sublime ! Elle enveloppe le corps aux ramifications sensorielles avec l'âme dans un voyage spatio-temporel. Bien à vous, Coquine. Armanny
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :