• Tes jolies larmes

     

    Si tu savais comme j'aime ta fragilité, alors que tu sembles si forte au contraire, que rien ne paraît te surprendre, que rien ne révèle tes faiblesses, que rien ne trahit tes manques.
    Si tu savais comme j'aime ta sensibilité à fleur de peau, alors que ta folie vient de nous transporter bien au-delà de l'amour.

    Si tu savais comme j'aime cette émotion qui te submerge, après l'amour, qui dévaste ton cœur qui se pâme, qui envahit ton visage qui se couvre de larmes et qui m'émeut tellement que mes larmes perlent, à leur tour, sous mes paupières closes.

    Tes larmes si fines et si jolies, traçant de minuscules sillons sur tes joues rosies de passion. Tes larmes si sereines et si douces, inondant ton regard sombre de mystères et me laissant pleine d'émois, touchée en plein cœur, troublée au plus profond de mon être.

    Si tu savais comme j'aime, sans un sanglot, juste en soupirs, te serrer contre moi, déposer un baiser sur tes lèvres tremblantes, te regarder t'endormir là, entre mes bras, mon front contre ton front, aux derniers vacillements de nos corps après la tourmente.


  • Commentaires

    1
    Justmeforyou
    Jeudi 29 Mai 2008 à 21:10
    Si tu savais
    Comme j'ai besoin de tes bras apres ces moments de folie ou on se donne totalement l'une à l'autre, ou tout sort du plus profond de moi... C'est un moment merveilleux, une décharge émotionnelle si puissante que oui, je me réfugie au creux de toi, je m'y noie j'y disparais... Cette émotion là, si forte, c'est une émotion de reconnaissance intense... Elle fait jaillir mes larmes, oui , mais des "jolies larmes" ... Sans ce moment là, sans ta capacité à les recevoir avec ton coeur, et de toute la force de ton amour, et même avec les tiennes, rien ne serait pareil... Ces larmes là ne coulent que si on sait les lire et les comprendre, car l'indifférence les tarrit... Tu en avais peur , mais aujourd'hui je sais que tu les as comprises, oui comprises, et ça ... Merci pour ça... Je t'aime
    2
    Coquine
    Jeudi 29 Mai 2008 à 21:35
    Ces larmes-là...
    non, elles ne me faisaient pas peur, je les prenais pour des larmes de tristesse ou de déception, de peine ou de tumulte... Plus je découvre qu'elles ne sont qu'émois, douceurs, et remerciements, plus elles me bouleversent, plus j'en suis touchée, émue à mon tour... Tout cet instant qui succède à nos tempêtes est une pure magie de recueillement, d'offrande, de fusion, un si bel instant de tendresse qu'il me transporte jusqu'au plus profond de toi, toujours plus à ton écoute, à ta mercie... Merci pour ça aussi... Je t'aime...
    3
    Vendredi 30 Mai 2008 à 21:33
    ...
    Bonsoir Coquine. Je suis desolé de t'inquieter ainsi. Comme d'habitude tes mots, tes pensées me rechauffent le coeur. J'aimerai tant de donner de bonnes nouvelles. J'aimerai tant partager un amour comme le votre. Alors je prefere me taire, me terre, me terrer. Tu dois faire partie de mes anges gardiens... Alors merci une fois encore de veiller sur moi. Ps : pas de trace de ton email dans nos correspondance Coquine. Je n'ai pas pu repondre à ton precedant post. Merci de prendre du temps à votre amour pour moi. Il me tarde tant de vous rencontrer... Patrick
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :