• Partir en vacances toutes les deux

     

    On pourrait partir loin toutes les deux, en vacances ou en errance, partir pour ne plus revenir. On pourrait rouler sans s'arrêter, avaler l'asphalte pendant des jours, en regardant défiler les mornes paysages. Nous on aurait des rêves plein la tête, des envies plein le coeur. On s'arrêterait pour faire l'amour lorsqu'on aurait trop chaud de nos désirs. Les gens nous jetteraient des regards sombres et glauques, des regards de dédain ou de défi. On s'en ficherait nous, on s'aimerait comme au premier jour et pas seulement la nuit. On se dévorerait dans les herbes folles, dans les champs de coquelicots, sous les portes cochères, entre deux murs de pierres, à l'abri des regards mais pas trop, avec toujours au creux de nos ventres ce besoin d'exposer notre amour, d'exploser au grand jour.

    J'ai envie de ta main sur ma cuisse quand tu conduis, du revers de ta main qui caresse ma joue empourprée de désir pour toi, de ce petit coup d'oeil rapide, rien que pour moi, que tu glisses entre deux virages, avec un air malicieux. J'ai envie que tu freines d'un seul coup, qu'on s'enfonce dans les sièges de la voiture, les vitres grandes ouvertes pour apaiser nos ardeurs, que tu arraches  mes vêtements, que tu viennes sur mes genous, que tout ton être me possède, moi qui suis à toi où tu veux, quand tu veux. Jamais je ne dirai non, jamais je ne dirai stop, tu pourras prendre ce qui est à toi à tout moment, je te supplierai jusqu'à l'extase et mes larmes de plaisir seront mon offrande suprême à ton amour.

    « En attendant la fessée Je me sens seule ici »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :