• Je reste à Toi



    Je t'avais offert mon corps. Je m'étais offerte à toi...
    Tu étais folle de mon corps, de ses courbes douces, de ses formes féminines, de ses émois pour toi, de sa saveur, de la douceur de sa peau, de sa tendresse envers le tien... et de tout l'amour qu'il dégageait en te souriant. Tu le trouvais si beau, tu le chérissais plus que tout, aucune partie n'a su résister à tes mains, à ta peau, à ton corps, à ton emprise. Sa beauté restera à jamais prisonnière, gravée sous tes paupières closes, dans ton souvenir, notre souvenir, derrière tes grands yeux. Chaque parcelle garde encore la chaleur de tes mains, le baume de ta langue, l'empreinte de tout toi. Une telle offrande ne peut s'effacer ainsi, un tel don de soi ne peut être rejeté, banni, oublié...

    Tu m'avais offert ton corps. Tu t'étais offerte à moi...
    Je suis folle de ton corps, de ses seins si petits et si doux, de sa peau au grain si fin et dorée, de sa saveur tiède et parfumée, de ses élans au goût de libertinage mêlé de fierté, de sa fougue et de ses transes, de sa tendresse envers le mien. Je le trouve si beau, je le chéris plus que tout, aucune partie n'a su résister à mes caresses que tu réclamais corps et âme, à mes lèvres, à mes baisers, à mon emprise.

    Mon Amour, je te fais le serment que mes mains garderont le souvenir de ton corps que j'admire à jamais et ne se poseront jamais plus sur aucune peau, aucun visage, aucun corps. Je t'aime. Ton corps et ton âme ne m'appartiennent plus mais leur souvenir reste en moi, pour moi... à jamais.
    Mon Amour, je te fais le serment que jamais personne d'autre que toi ne touchera mon corps, ni ne posera ses yeux sur lui. Je t'aime. Mon corps est à toi, tout comme mon âme, et ils le resteront... à jamais.


  • Commentaires

    1
    Anne-Laure
    Lundi 23 Mars 2009 à 22:36
    Un tout petit murmure avant de sombrer dans le sommeil
    Encore une citation de ce cher René CHAR, qui m'a souvent guidée sur mon chemin, de manière sourde... "Nous n'appartenons à rien d'autre, sinon au point d'or de cette lampe, inconnue de tous, inaccessible à nous, qui tient éveillés le courage et le silence". Pour le reste, tu trouveras quelques mots à ton attention, en réponde à ton précieux passage sur mon espace perso... Je place ma foi en toi, dans cette traversée de ténèbres que j'ai connus. Tu as cette force en toi, de vivre ces souffrances, et de les endurer avec le temps qu'il te faudra avant de te relever... N'oublie pas, n'oublie surtout pas, de t'appuyer sur ta famille, et les personnes qui te sont chères dans cette érpeuve. Et pour le reste... malheureusement... il te faut accepter ces maux les plus indicibles, et attendre de la vie qu'elle t'aide à te relever. Mais elle le fera... de celà tu ne peux douter, même dans les profondeurs de ce désarroi qui t'anime. Courage, tu sauras parvenir à ce retour à la vie. La vague qui t'a emportée dans les pronfondeurs les plus sombres de l'océan finira par te mener au-delà du niveau de la mer, pour te redonner cette force de te remettre en route. Et cela arrivera, quoi que tu en penses en cette heure, lestée par ces mille maux...
    2
    peu importe
    Mardi 24 Mars 2009 à 01:46
    Que c'est il passait? si cela n'est pas indicret
    Voilà depuis quelques temps que je suis cette merveilleuse et délicate histoire d'amour... Je ses tellement de tristesse dans tes mots que j'ai envie de te serrer dans mes bras en toute amitié. Je ne comprends pas et surtout ne veux pas être indiscréte pourquoi cette rupture, quand ont voit l'amour pur de deux personne comment la vie peut elle séparer deux être qui s'aiment ainsi , avec tant de délicatesse tant de profondeur je trouve cela tellement injuste,pourquoi? pourquoi? j'en ai les larmes aux yeux.et le sour qui saigne. ne perds pas courage coquine Je t'embarsse tendrement
    3
    Coquine
    Mardi 24 Mars 2009 à 17:08
    Je ne peux
    m'appuyer sur personne... cet amour était gardé secret, juste pour nous... Ne m'appuyer que sur moi-même je ne sais pas faire là, je n'y arrive plus. Quoi que j'essaie, quoi que je fasse, son image, nos images reviennent sans cesse me hanter jusqu'aux larmes... Merci Anne-Laure...
    4
    Coquine
    Mardi 24 Mars 2009 à 17:10
    Merci Peu importe
    La vie sépare les gens qui s'aiment oui, malheureusement... coupée en plein élan de l'Amour, comme ça, d'un coup, jamais je ne m'y serais attendue, jamais je ne pourrais oublier, jamais je ne pourrais m'y résoudre...
    5
    Anne-Laure
    Mardi 24 Mars 2009 à 20:53
    Les images, les paroles et les gestes...
    Oui, j'entends bien, pour avoir connu cet enfer. Tout ce qui est elle, tout ce qui a fait votre vie partagée viendra longtemps, très logtemps investir ta mémoire, ton coeur, ton être tout entier. Cela ne peut être autrement, après une telle passion. Cela ne peut être autrement, alors que la rupture vient briser ta vie, et chaque infime partie de ta personne. Je sais... Coquine... J'ai connu ce gouffre sans fond, où chaque jour on a l'impression de s'enfoncer encore plus profondément. C'est une horreur, c'est destructeur, c'est simplement intenable... Et pourtant, tu vois, je suis toujours là, après deux ans. Mais seul le temps fait son oeuvre. Je regrette de savoir, simplement, que tu n'aies personne qui puisse te porter un peu, dans cette souffrance. De mon côté j'ai eu le Bonheur de pouvoir m'appuyer sur ma famille, et cela m'a beaucoup aidée... Que te dire, sinon que je guette sourdement ces mots que tu laisses çà et là... juste pour être sûre que malgré tout tu restes là, même si toute espèce de vie déserte ton corps... Que te dire, sinon que si tu en as besoin, tu as mon adresse mail... et que si je peux t'apporter quelque chose, alors n'hésite pas. N'hésite pas une seule seconde... je serai à ton écoute, et là même lointaine, même étrangère, pour tenter de t'apporter quelques bouts de réconfort, une écoute attentive, et les bribes de mon récit qui t'aidera peut être à retrouver la force de te remettre debout, avec le temps. Tu es courageuse... au fond de moi je n'en doute pas... Et je crois en cette force qui est en toi, et qui te fera revenir à la vie, au bout de ce tunnel. Tout comme je l'ai fait, en mon temps.
    6
    Mercredi 25 Mars 2009 à 12:42
    Des profondeurs...
    Je crie vers toi ! Le sens mystique d'une relation qui a dérapé, avec déraison ! Une existence idéalisée, peut-être trop aveuglante pour l'une et trop pesante pour l'autre ! Le couple est une thérapie ! Quand l'un des deux guérit, il s'en va... Bien à vous, Coquine. Armanny
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :