• Mon Amour, je t'attendrai...




    Je vais m'allonger là, sur le lit parfaitement frais, ouvert, entièrement nue, ouverte, offerte, docile, fragile, petite, telle que tu m'aimes...


    Mes yeux seront clos, enfermés, abrités, sous leur écharpe blanche. Les larmes s'en écouleront en myriades d'émotions sur mes joues...

    Mes poignets seront liés par d'invisibles chaînes, de celles qui me retiennent, me retiendront toujours à toi...

    Mes lèvres trembleront à peine. Mon corps n'aura pour seul frémissement que celui du froid et de la fébrile attente...

    Mon coeur se donnera. Et je vais t'attendre ainsi, jour après jour, nuit après nuit, immobile, toi mon unique Amour, toi mon si tendre espoir...

    ... Jusqu'à ce que la mort me surprenne. Je t'aime.


  • Commentaires

    1
    Anne-Laure
    Mercredi 18 Mars 2009 à 21:03
    Ne quitte pas la lumière des yeux
    Jamais difficile de laisser un message face à ce type de détresse. Je sais ce que le vide, la solitude et le sentiment d'abandon peuvent générer, et à quel point ils peuvent nous propulser loin de tout... Je ne te dirais que cela : tu as raison, bats-toi... bats-toi pour cet Amour qui est trop merveilleux pour s'éteindre. Votre blog en est la plus belle preuve. Ne laisse pas le désespoir te ronger, ne laisse pas la tristesse te couper dans ton élan... ne laisse pas la lumière de tes yeux s'estomper, pas une seule seconde. L'Amour est la seule raison que l'on ait dans la vie de se batailler, et de continuer à croire, sans fin. Courage à toi...
    2
    Anne-Laure
    Mercredi 18 Mars 2009 à 21:10
    Rectificatif
    Tu l'auras deviné... il fallait lire au début du message "jamais facile", bien entendu... J'ajouterais juste encore une citation de Christian BOBIN : "Une seule femme, quand elle est amoureuse, suffit pour remplir le ciel et la terre"... Remplit tout cet espace, pour redonner cours à cet Amour. Fonce, il n'y a que cela à faire, et que cela de vrai. Et je suis sûre que les pensées de tous les lecteurs fidèles de votre blog t'accompagnent...
    3
    Jeudi 19 Mars 2009 à 00:06
    Courir, foncer...
    Vers quoi ? Attendre ? Quand l'autre ne semble vouloir revenir ! Le pourquoi, de la rupture ?... Que de belles romances n'ai-je à chanter ? A celle qui ne semble venir ! Sa vision s'évanouit dans ces rêves amers où je ne cesse de me mentir. Faut-il qu'un jour je m'en souvienne; j'ai vu ses yeux et elle me parla, mais j'en suis simplement resté là ! A quoi sert-il de rêver ? A un être qui s'échappe... Mais l'ivresse demeure et elle tourbillonne encore... En écho à votre émoi, tel que j'en ai eu le ressentiment un jour. Bien à vous, Coquine. Armanny
    4
    Anne-Laure
    Jeudi 19 Mars 2009 à 09:14
    C'est tellement évident, et humain...
    Sans passer par cette attente et cette lutte, alors on n'est simplement pas humain. Alors on est dénué de cette sensibilité qui fait la grandeur et la profondeur des êtres. Comment pourrait-on reprendre notre route sans se retourner sur son grand Amour, insensiblement ? C'est fondamentalement impossible, si l'Amour a ce caractère sacré à nos yeux. On ne peut faire le deuil d'un Amour du jour au lendemain que si l'on n'est pas humain. Sinon, on traverse forcément ce long tunnel avant de retrouver la lumière du jour...
    5
    Anne-Laure
    Jeudi 19 Mars 2009 à 09:22
    Et c'est tellement indispensable...
    C'est seulement en prenant ce chemin de traverse que l'on trouve l'apaisement. C'est seulement après qu'on est capable d'accepter la fin du Grand Amour. C'est seulement après qu'on peut trouver un nouveau chemin. Mais avant, on a besoin d'écrire cette dernière page du livre, pour pouvoir le fermer. C'est seulement après qu'on panse ses plaies, pas à pas... et qu'on est capable de reconstruire sa foi en l'Amour, tout en restant celle qu'on a toujours été. Mon souvenir vivace ne peut que me pousser à le dire et à l'affirmer...
    6
    Coquine
    Samedi 21 Mars 2009 à 14:35
    L'Amour...
    est la seule raison de vivre, la seule... celui-ci l'était pour moi... Il n'y aura pas, jamais, de nouvel Amour ni de nouveau chemin... Ce livre restera pour moi toujours ouvert à cette page sur laquelle mon Amour n'écrira jamais plus le mot "Je t'aime"...
    7
    Anne-Laure
    Dimanche 22 Mars 2009 à 09:07
    En écho...
    "Il y a des larmes d'amour qui dureront plus longtemps que les étoiles du ciel" (Charles PEGUY) Ta souffrance s'insinue comme un murmure dans tes mots, on pourrait presque la toucher du bout des doigts... Et pourtant tous ceux qui te lisent sont acculés à une impuissance pure, incapables de te consoler, encore moins de te délester un peu de tes douleurs. Encore une fois, les mots semblent dérisoires... Coquine, rassure nous juste de temps à autre. Pleure, toutes ces larmes de ton corps... Pleure, mais ne t'éteinds pas. Aucun Amour ne mérite qu'on meurt pour lui. Accroche toi. Fais nous simplement cette promesse là, pour nous ôter quelques inquiétudes sourdes.
    8
    Dimanche 22 Mars 2009 à 10:21
    Il est vrai...
    Que l'on aime qu'une fois avec une telle passion. Aucune issue à cette imprégnation, à part l'attente d'un retour car l'ivresse demeure et elle tourbillonne encore... A se demander si l'amour sous cette forme n'est pas la pire des souffrances humaines, la pire drogue chimique produite par notre propre corps. Bien à vous, Coquine. Armanny
    9
    Coquine
    Dimanche 22 Mars 2009 à 21:43
    Non, les mots
    ne sont pas dérisoires, merci des votres Anne-Laure et Armanny. M'éteindre... que pourrais-je bien faire d'autre? Il y a tant d'amour ici, tant de promesses, j'ai tout relu, tout revu, tout revécu... mais sans Elle maintenant... sans Elle...
    10
    Anne-Laure
    Dimanche 22 Mars 2009 à 23:38
    Le temps...
    Le temps... seul le temps apaise les maux, et panse les plaies... Lui seul fait son oeuvre, et n'oublie pas qu'en général il la fait bien. Il n'y a que cela à savoir, en cette heure. Tu sèmeras ces cailloux qui lestent ta marche, et qui sont enfouis dans le creux de tes poches... au fil du temps. Un temps qui sera long, sans nul doute. J'ai vécu cette longue marche, dans ce tunnel obscur. Mais doucement, les souffrances s'apaiseront, n'en doute pas une seule seconde. Reste simplement celle que tu es, et garde ta foi en l'Amour, en la vie. Un jour, soudain, tu te rendras compte que tu es revenue à toi. Sans même t'y attendre. Ta vie est à toi, ta vie t'appartient, et c'est bien le plus important. Ne jette rien de ta préciosité, et ne dénature en aucun cas ta manière d'aimer. La vie t'attend... mais avant de retrouver le sourire et l'éclat de tes yeux, il te faudra traverser ce long tunnel. Dans la douleur et ce vide insondable. Cela peut semble de prime abord insurmontable... mais pour l'avoir traversé, je peux te dire que cela vaut le détour. Tu sortiras de cette épreuve grandie, c'est la seule chose qui doit te porter à ce jour...
    11
    Coquine
    Dimanche 22 Mars 2009 à 23:55
    Ma vie lui
    appartient à elle, comme mon coeur, mon corps et mon âme. Sans Elle ma vie n'est plus que ce tunnel noir et vide. Ma manière d'aimer n'est pas "bonne", pas "bien" puisque j'ai tout gâché, tout détruit de ce si bel amour, de cette relation magique, hors du commun et hors du temps. J'ai mis des années avant de parvenir à me reconstruire, avant de faire enfin cette rencontre qui a bouleversé ma vie à jamais et sur laquelle elle va s'arrêter maintenant. On ne peut se remettre d'un tel échec, d'en tel amour, d'un tel don de soi. Non, on ne peut s'en remettre parce qu'on est responsable du gâchis...
    12
    Coquine
    Lundi 23 Mars 2009 à 00:01
    Le temps
    n'a plus d'importance mantenant... Je ne suis plus en état d'aller travailler, les cachets roses rythment mes journées et engourdissent mon esprit où, malgré toutes les brumes, son visage ne cesse de m'apparaître et sa voix de murmurer à mon oreille... Son corps est présent près du mien chaque nuit, sa main vient prendre la mienne et elle m'entraîne encore... loin, si loin, vers ce que l'on appelait notre au-delà de l'amour...
    13
    Anne-Laure
    Lundi 23 Mars 2009 à 19:08
    Et pourtant...
    Tu sais que dans un couple, il n'y a jamais un seul mais toujours deux responsables. Les choses vont dans les deux sens, à tous points de vue... Et pour le reste, ce que tu dis, je comprends parfaitement ce que tu peux ressentir et surtout vivre. Lorsque j'ai connu cela, il y a deux ans, j'étais dans ce creux de la vague, et je n'avais plus ni nom, ni visage. J'étais un simple fantôme qui errait çà et là, sans savoir pourquoi. Je ne quêtais plus rien. J'étais embrigadée dans cet Amour, et toute autre quête n'avais pas de sens. Le temps sera long... très long. Je ne saurais te mentir. Interminable même... Mais un jour, Coquine... un jour, soudain, tu verras......
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :