• La Tigresse (1ère partie)

     

    Elle, elle était assise sur ses talons, les genoux légèrement de côté, elle attendait...
    J'étais nue, seulement vêtue de bas et d'un porte-jarretelles, d'escarpins à talons aiguilles et d'un soutien-gorge à balconnet dont les bretelles, rebelles, s'entêtaient à s'échapper sur mes épaules.
    Je me mis à quatre pattes, posée sur mes poings serrés. Je retroussai mes lèvres, laissant voir mes dents et mon regard se planta droit dans le sien, d'un air de désir et... de défi. Il ne la lâcherait plus...
    J'avançai doucement vers elle, c'était le signe qu'elle attendait...
    D'un geste magnifique elle se redressa, écarta légèrement ses cuisses, renversa sa tête en arrière, ferma les yeux et saisit ses chevilles. Mon Dieu qu'elle était belle et désirable ainsi ! Je sentais monter en moi son désir d'abandon et d'amour et cela me bouleversa. J'aimais tant la sentir ainsi, libre et confiante...
    Je me ressaisis, et entamai autour d'elle une lente danse amoureuse et sensuelle, laissant mon corps la frôler sans vraiment la toucher, mais suffisamment près pour que, de mon souffle et de ma chaleur si proches, elle fasse de doux frissons. La sentant ainsi vibrante et offerte, je m'arrêtai face à elle, la contemplant. Je l'aimais tant. J'étais si émue...

    De mes mains, je vins frôler ses seins...
    Son corps se tendit un peu, ses reins se cambrèrent, m'offrant un peu plus sa poitrine.
    Elle respira profondément, de ces soupirs qui semblent toujours bercer le désir. Je la sentais mienne ainsi, belle et si désirable... J'avais envie d'enflammer tout son corps et de jouer avec l'envie de plaisir qui montait en elle.
    De ses seins, ma main glissa, et effleura son cou. Elle baissa alors la tête, dévoilant sa nuque, en des courbes si enivrantes sous mes doigts, que je vins doucement la respirer.
    Alors, sa peau, comme dansant sous mon souffle tiède et léger, se hérissa de milliers de petits volcans. Mes doigts sillonnèrent alors tout l'écrin vibrant qu'elle livrait ainsi à mes caresses.
    Puis le bout de ma langue vint encore embraser tout son être tandis que, me rapprochant d'elle, mes seins vinrent s'enflammer de jeu, sur son dos.
    Mes mains vinrent se perdre sur ses seins dressés et provocants...

     


  • Commentaires

    1
    Justmeforyou
    Mardi 3 Juin 2008 à 07:29
    J'aime
    Composer chaque jour un morceau de cette histoire,... Je sais que tu auras ce sms à la sortie de ta douche, elle nait de mon esprit enfièvré pour toi, rien que pour toi... Je t'aime...
    2
    Coquine
    Mardi 3 Juin 2008 à 10:13
    J'aime recevoir
    cette histoire morcelée, ce puzzle que je reconstruis ici, de mon esprit enfièvré grâce à toi, rien que pour toi, pour nous... Je t'aime
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :