• Ici... Chez nous...

     

    Tu viens de partir... Alors je viens te lire, alors je viens t'écrire, parce que là-bas...

    J'ai même pas pu... Même pas pu t'exprimer tout ce qu'il y avait en moi, même pas pu laisser couler mes larmes, même pas pu t'embrasser comme tous ces couples qui se séparent...

    Ici au moins je peux tout te dire, même ce que tu veux pas entendre...

    Ici je suis libre...

    Ici c'est chez nous, il fait bon, on nous comprend sans nous juger...

    Ici je peux te dire à quel point je t'aime...

    Tu sais quand je suis rentrée, il y avait encore le plateau, avec le petit panier en osier et la brioche... J'ai tout rangé, comme tu aimes, j'ai même jeté cette nappe que tu n'aimais pas...

    Ici porte encore ta présence, le lit de nos nuits, la musique que j'écoute, et les photos de nous deux... Tout est si plein de toi, et si vide aussi... Souviens-toi de nos larmes ce matin, souviens-toi de nos étreintes... Tout cet amour qui coulait... Si vrai, si beau si fort, si pur...

    Ici notre relation n'a pas de limites, les mots peuvent exploser, il n'y a pas d'injustice, pas de censure... pas de bâillon, pas de bandeau...

    Ici je peux dire que je voudrais lier ma vie à la tienne, que je n'ai plus envie d'impossible, que j'ai envie de croire à nos rêves... Tout a été si naturel, si naturel entre nous... comme si c'était depuis toujours, et pour toujours...

    Ici, j'ai envie de me dire « et si c'était possible... après tout... »

    Ici je peux dire que je veux toi... pour tout le temps, et pour toujours, et que tout le reste m'est égal...

    Je vais me ressaisir, mais là... tout du suite tu me manques trop... tout toi me manque trop, plus encore depuis ton coup de fil. Ta main dans mes cheveux, et même... la douleur intérieure qui m'envahit quand il n'y a ce « rien » que toi seule sait ne pas être « rien » justement et que tu sais si bien deviner en moi.. J'ai toujours si peur...

    J'ai rien pu faire aujourd'hui, rien... sinon penser à toi. Même les mots ne sont pas sortis comme j'aurais voulu qu'ils sortent...

    Je t'aime toi...


  • Commentaires

    1
    Coquine
    Dimanche 27 Avril 2008 à 22:39
    Moi non plus
    je n'ai rien pu faire et je crois que je ne sais plus rien faire sans penser à toi tout le temps et toujours... Depuis ce matin je pleure dans tes bras, c'est comme ça, je n'y peux rien. Depuis ce matin je vis avec un sourire à fleur de peau, avec des mots au bord des lèvres, avec des rêves devant les yeux, avec de la rage au creux des mains, avec des étoiles sous les paupières, avec de la magie sur tout le corps, avec le coeur qui perd la tête... Depuis ce matin je vis avec un vide au creux du ventre et des larmes plein les yeux. Depuis ce matin je vis sans toi et ce n'est même plus vivre que tout ça... Je t'aime... Dormir sans toi ça va être impossible...
    2
    justmeforyou
    Lundi 28 Avril 2008 à 00:22
    Oui
    je rressens tout cela aussi moi, bien plus fort que les autres fois ou je me consolais en pensant à nos retrouvailles... La elles sont toutes proches, bien plus proches que les autres fois, et pourtant, le manque de toi est bien plus grand, ce vide atroce bien plus douloureux... Tout a été si magique... je t'aime
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :