• Vulnérable nuit

     

    Tu m'as immédiatement séduite...
    La douceur de tes yeux, la tendresse de tes mots et de ta voix m'ont envoûtée. Je ne peux pas, je ne veux pas, je ne peux plus, je ne veux plus me passer de toi. J'ai besoin de ton réconfort, de ton soutien, de ta force, de ta tendresse. Je me sens si petite à côté de ton calme, si fragile face à tes flammes. Pour toi, je pourrais tout accepter. Pour toi, je pourrais faire n'importe quoi.

    Je me souviens d'une nuit. J'étais couchée lorsque tu es venue me rejoindre. Tu t'es blottie dans mes bras. Toi que je croyais si forte mais qui fonds quelques fois. Toi, sur qui je m'appuis et qui sais si bien me redonner le sourire... Lorsque tu pleures, jamais je ne me sens aussi proche de toi.
    Recroquevillée sur moi, la bouche sur mon nombril, une main entre mes cuisses, l'autre sous mes reins, mon bras sous ton sein droit, l'autre à l'orée de son sexe. Je t'ai caressée et bercée tendrement jusqu'à ce que tu t'endormes... Puis j'ai sombré dans un demi-sommeil. Je me suis réveillée au petit matin, j'avais mal au bras. Je me suis rendue compte que je t'avais serrée à te faire mal... comme si je n'avais pas voulu te perdre. Ta respiration était toujours aussi calme. Tout ton corps était détendu, dans une plénitude totale.

    J'ai voulu remonter le drap sur toi, afin que tu ne prennes pas froid dans le petit matin. C'est alors que tu t'es retournée et m'as souri, en me disant tout bas « Chutttt... ». Tu t'es couchée sans bouger sur moi, m'écrasant de ton corps. J'ai senti des contractions sur mon sexe comme si une main invisible le faisait frissonner, nos respirations se sont accélérées, de plus en plus vite. Ton ventre était parcouru de frissons, le mien se cambrait déjà. Je sentais au plus profond de moi le désir m'envahir. Un petit gémissement venu de ta bouche s'est amplifié en une fraction de seconde. Tes cuisses m'ont serrée à me couper en deux. Comme un éclair ta jouissance a explosé en un cri, De multiples vagues de plaisir t'ont submergée pendant de longues minutes. Je t'ai massé la nuque très doucement, très tendrement, de mille mains, mille bouches, mille souffles, mille caresses...


  • Commentaires

    1
    justmeforyou
    Samedi 24 Mai 2008 à 10:20
    Je me souviens...
    Oui je me souviens de cette fois ou j'ai pleuré, juste pleuré tout contre toi... Je me souviens que tu m'as consolée, je me souviens combien c'était doux et chaud, combien cétait tendre et rassurant, je me souviens que dans cet apaisement j'ai sombré dans le sommeil... Alors je me souviens que je me souviens plus ensuite... Mais je me souviens de ce "Chuut" à mon réveil, ce "Chuut" qui voulait t'ouvrir ma bulle et t'y emmener avec moi...Je me souviens de cette jouissance qui m'a pris par surprise et que je n'ai pas pu controler...Et pendant cette journée qui suivit je me souviens combien j'ai aimé ton corps, ton être, ta douceur, tes mots... et combien j'ai compris alors que je n'avais pas connu cela, et que je ne ferai plus marche arrière, que je retournerai plus d'ou je venais... Je t'aime
    2
    Coquine
    Samedi 24 Mai 2008 à 10:46
    Tu ne peux
    plus faire marche arrière parce que maintenant nous allons marcher ensemble dans la même direction, vers l'avenir pour nous deux, ainsi je serai toujours là si tu as besoin de pleurer, toujours là pour te consoler, te protéger... Et après tes larmes de peine, ne viendront plus alors que des larmes d'émotions, "les jolies larmes" comme tu les appelles, celles que j'aime tant... Moi, je me souviens de tout, tellement bien, comme si c'était hier, je me souviens de toute cette émotions en nous cette nuit-là et le lendemain et, aujourd'hui encore, ça me... Je t'aime...
    3
    Lundi 26 Mai 2008 à 08:38
    J'ai du mal à...
    ... venir aussi souvent qu'avant mais je vois que rien ne change : ton blog est toujours aussi beau, sensuel... Bon début de semaine Coquine ^^ (ta chère et tendre aussi au passage). Bises douces.
    4
    Lundi 26 Mai 2008 à 12:57
    c'est tès coquin...
    je puis te dire ce qu'est es journée entière au lit à se faire des calinoux... Wouawww....Mhummmmm... ahhh ... l'Amour, l'Amour ... que c'est BEAU
    5
    Coquine
    Lundi 26 Mai 2008 à 14:13
    Merci Adrien,
    Tes passages, même éclairs seront toujours appréciés ici... Bises douces de nous deux...
    6
    Coquine
    Lundi 26 Mai 2008 à 14:15
    Très coquin
    mais très câlin également, une nuit suivie d'une journée mémorables... pour nous deux...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :