• Un coeur en ordre (2ème partie)


    ... Je sens ton sexe se soulever pour venir encore plus près de moi. C'est fusionnel, une rencontre où l'on va se chercher, où l'on s'emmène, où l'on se garde, où l'on s'appelle, où l'on se retient. Plus qu'un échange, plus qu'un partage, c'est une fusion. On ne sait plus... tes cuisses veulent me garder, elles se serrent sur ma tête. Tes mains veulent me garder, elles agrippent mes cheveux.
    Mon petit bout de langue, lui, fait son chemin. Il est entré en toi, tout doucement et te parcourt. Il t'aime. Tout cet amour qui coule en moi, tout le fruit de ton amour. Ca me rend ivre "l'alcool de l'amour". Ma langue cherche partout. Elle sent tout ce qui réagit. Plus elle est là, plus tu as envie de serrer, de me garder en toi. Plus tu serres, plus j'ai envie que tu serres. Plus tu bouges, plus j'ai envie que tu bouges. Tes reins se cambrent. Je sens mon corps onduler en même temps que le tien. On corps va exploser. Je sens que dans le mien c'est pareil, qu'on va exploser en même temps. j'ai envie que ma langue fasse ça...
    Je sens que mes mains serrent tes fesses. Je m'accroche à toi. Je n'ai pas envie que tu me lâches, que tu desserres ton étau. Je t'ai trouvée dans ma bulle. Je te vois, tu souris, tu fermes les yeux, tu as l'air bien. Tu attends toi aussi qu'on explose ensemble en une grande libération. Je sais qu'on va jouir ensemble...

    On s'écroule. On est tellement bien. Moi, j'ai besoin de remonter après cela, que tu me serres, d'une main sur ma nuque, de l'autre caressant mes cheveux. J'ai besoin que ça sorte. Trop d'émotions pour moi que tout cela. Juste envie de dire merci, mille "merci", mille "je t'aime".
    Là, mes larmes se calment, les tiennes ont coulé un peu aussi. Je ne veux plus bouger, la tête sur ton épaule, ta main sur moi, l'autre dans mes cheveux. Je ne veux pas bouger, pas casser le fragile vertige qui s'installe autour de nous, les images du film qui repasse en boucle dans ma tête, le vertige qui fait tout tourner, à deux.
    Quand le vertige sera éteint, je serai tellement apaisée que je vais dormir un peu. C'est un grand moment de calme, de détente, de relâchement total. On ne bouge plus pour ne rien casser.
    J'ai juste glissé une main sur ton sein. Je suis bien dans ta chaleur, bien dans ton corps, bien près de toi. Je pose l'autre main sur ton sexe pour en sentir les dernières vibrations, la chaleur, l'humidité.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 27 Juin 2008 à 13:50
    Pour Coquine
    Merci beaucoup :) .
    2
    Vendredi 27 Juin 2008 à 13:50
    Tiens ...
    ... j'ai eu raison de demander la seconde partie lol.
    3
    Vendredi 27 Juin 2008 à 13:53
    Une nouvelle fois ...
    ... c'est vraiment pas mal, ça donne envie à chaques fois de savourer la suite de " l'histoire ".
    4
    Vendredi 27 Juin 2008 à 13:54
    Bises * tendres ...
    ... à vous deux.
    5
    Coquine
    Vendredi 27 Juin 2008 à 19:41
    Voilà, Adrien
    Tu as eu, comme tu le demandais, la suite de cette histoire qui ne comportait que deux parties... Il te faudra lire les histoires suivantes... ou relire les précédantes... Bises douces
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :