• le baiser du papillon femme nue papillon sur le sein et dans les cheveux plumes

     

    En papillon de lumière
    Je me suis brûlée les ailes
    Allongée sur ta paupière
    En rêvant d'une ombrelle

    J'ai parcouru des lieues
    Me posant sur tes lèvres
    Pour rafraîchir un peu
    La brûlure de mes fièvres

    J'ai voleté sur ta joue
    En caresses vagabondes
    Égrenant dans ton cou
    Le sacre des secondes

    J'ai flotté dans ton regard
    Sur ton ventre étendue
    Sillonnant ce doux miroir
    De nos deux corps nus

     

    le baiser du papillon femme nue papillon rouge tatouage

     

    J'ai arpenté ta peau
    De désirs en plaisirs
    Regardant mes lambeaux
    Fièrement me revêtir

    Et touchant le soleil
    Grâce à ton bel amour
    J'ai quitté mon sommeil
    Pour mes plus beaux atours

    Les battements de ton cœur
    La chaleur de ton sein
    Ont cueilli mes ardeurs
    Et fait mourir le mien



    [Attention, le mot papil-lon est tabou dans les commentaires sur Blogg.org, prendre bien soin de séparer ses deux ailes...]


    10 commentaires
  • un regard pour faire l'amour femme nue allongee regard

     

    Ton regard m'engloutit, m'absorbe toute entière. J'y flotte, j'y retiens mon souffle, j'y rêve, j'y aime. Tes yeux s'ouvrent et me prennent de leur absolue tendresse. C'est ce que j'aimais tant voir en faisant l'amour. C'est ce que je ne pourrai jamais oublier. Tes yeux si bruns, leur pouvoir sur moi, leurs pupilles qui m'empoignaient presque comme un acte sexuel, l'érotisme terrible de ce regard. Tu me regardais ainsi et voilà que j'étais nue, ouverte, désarmée. Toi, tu souriais, malicieuse, espiègle, flirteuse, femme troublante, femelle insolente.

    Avec ce regard je ne pouvais rien te refuser, une réponse, un sourire, une danse, un baiser. Tu ne disais rien mais dans ton sourire tu disais tout. Nous étions des amantes infatigables au lit, sous la douche, dans chaque pièce, nos longues et douces nuits d'amour, notre désir insatiable, n'importe où, la ligne allongée et gracieuse de ton dos pendant que tu me prenais ou que je te caressais, les cris et les murmures de notre jouissance, nos soupirs et nos extases, la lumière de l'aube, les rayons de lune sur ta peau, la tendresse lasse de ton épuisement car je n'en avais jamais assez de toi.


    2 commentaires
  • me fondre en toi deux femmes nues enlacees lesbiennes lit dormir ensemble



    Je plongeais dans la chaleur du lit, tout à côté de toi. Je m'enfonçais dans le matelas et tendais tous mes muscles pour me rapprocher de toi, de plus en plus près, de plus en plus chaud, fondre en toi presque, nous confondre. Nos deux corps étaient comme une lettre d'amour bien insérée dans son enveloppe, inextricable, mes jambes sur les tiennes, mes hanches glissant contre tes hanches, le doux baiser de nos seins, ton bras qui se serrait et se serrait encore autour de mes épaules, ton visage solidement niché au creux de mon cou, tes cheveux caressant mes joues, ta chair dans ma chair.

    C'était le bonheur, le bonheur le plus simple et le plus primitif, un bonheur amoureux, amical, enfantin, sexuel et animal à la fois. Un bonheur inexplicable. Juste ça. Cette infinie tendresse et complicité entre nous.


    8 commentaires
  • sa creature offerte deux femmes nues lesbiennes collier soumise



    Mon ventre la désire, se convulse à son contact. Le bourgeon de feu entre mes jambes s'embrase sous ses doigts experts qui flânent et s'attardent. Elle contourne, ouvre, prépare. Vagues de chaud et de froid. Je murmure : "Parle-moi, toute la journée j'ai eu envie de toi, tu étais tout autour de moi, tout me faisait penser à toi, j'ai tant attendu ce moment de me retrouver dans tes bras". Elle étouffe un rire, se redresse sur un coude et moi j'attends, frémissante, offerte, le moment où elle va plonger en moi, où une sensation succédera à une autre. "Jouis de mon corps, explore-le, savoure-le, il est à toi".

    Ses mains me couvrent les fesses, effleurent et caressent, titillent, s'amusent. Elle ne me pénètre pas, elle me touche seulement et le bout de chacun de ses doigts m'excite tandis que sa main, qui court de plus en plus vite sur mon sexe, m'entraîne jusqu'au délire. Je ne pense même plus, je ne suis même plus certaine de respirer, de vivre, j'agonise, je me tords, je suis sa créature, pendant qu'elle me pénètre enfin. Sa créature inerte et docile qui pleure entre ses bras lorsque elle m'étreint, possessive et protectrice comme une lionne.


    6 commentaires
  • un collier pour me lier soumise

    Un collier pour me lier
    Par les ailes et le col
    Un collier mis par Elle
    Un collier mis pour Elle
    Un collier pour pallier
    Et grandir mon envol
    Un collier de papier
    Ou collier de dentelle
    Qui enivre, ensorcelle
    Redonne envie de vivre
    Un collier de ficelle
    De promesses éternelles
    Et sentir sur mon cou
    La marque de son joug
    Frémir sous ses baisers
    Et sous ses doigts palpiter


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique