• Maître et soumise



    Un maitre, le premier... Une conception... La sienne, faite mienne... simple, basique même, mais... dangereuse... Celle des premiers pas, celle des « je ne sais pas » ou des « ça doit être ça... » Oui. Basique.

    « T'es soumise, alors, Je dis, tu fais » Ca ne vole pas haut comme conception...

    Ce jour-là il veut quoi ?... Oui un truc à la con. En tout cas qui n'est pas pour moi... qui me lève le cœur... et pourtant... Pression, tiraillement, je suis comme prise entre deux feux... Mon désir de soumission et mon cœur qui crie NON ! Dégoût profond... Seulement voilà, je n'ai pas assez de respect pour moi pour dire ce "non", trop peur de décevoir, trop peur d'être prise en faute, comme quelqu'un qui n'assumerait pas jusqu'au bout... et puis, je m'en fiche de moi, ce n'est que moi, pas grave ça passe après, ça ne compte pas... Car, en même temps, je n'aime pas blesser, faire mal, décevoir... Je préfère me faire ça à moi-même alors... pourvu que lui... le reste...

    Alors, voilà... Je lâche un "oui" que jamais je n'aurais dû lâcher... Un "oui" arraché à moi-même, vomi de moi, un "oui" en conflit avec tout mon être, un "oui" contre nature... Un "oui" lâché comme un viol de moi-même, un renoncement total à l'écoute de moi-même, une perte de l'instinct de survie... Seulement voilà, je m'en fiche... Parfois ça ne prête pas à conséquence, mais parfois ça détruit...

    J'en suis là de mes états d'âme quand...

    Le voici en moi, dans ma bouche, il ne b... même pas, je déteste... il veut juste que je boive, plusieurs fois il m'avait dit qu'il faudrait que je le fasse... Son urine... Les premières gouttes arrivent... Mon souvenir c'est surtout celui du goût, amer, immonde, tiédasse, j'ai des hauts le cœur puissants... et pourtant... Je poursuis cette infâmie à moi-même, par moi-même...

    J'ai gardé ce souvenir-là en moi... ce goût... Enfin, n'y tenant plus, je me soustrais. Je ferme les yeux, je baisse là tête... J'ai cassé quelque chose en moi... Je ne dis rien. Je n'entends rien. Je ne sais même plus. Je me souviens juste après, comment ça a fini. Juste une envie de partir, de fuir... de vomir. Dégout... Je me revois, au volant de la voiture, imaginer une histoire de gastro à lui servir, pour ne plus avoir à le refaire... J'étais perdue... La suite importe peu...

    De tous ces "oui" lâchés n'importe comment, j'ai appris aujourd'hui qu'il vaut mieux un grand NON du fond du cœur, qu'un "oui" arraché comme un bras à son corps... et qu'il y a une énorme différence entre se sentir obligée de faire plaisir, et avoir envie de faire plaisir...
    Depuis tous ces faux "oui" en cascade, si je ne sais pas encore tout de ce qu'est la soumission pour les autres, je sais au moins ce qu'elle est et surtout, n'est pas pour moi.

    Merci à ceux qui m'ont aidée à comprendre cela...

    Merci mon Ange et apprends-moi encore...


  • Commentaires

    1
    tendreamante
    Mercredi 11 Février 2009 à 16:07
    je
    suis choquée j'avoue qu'il existe encore des Maitraillon dans ce genre. j'espère que ce souvenir désastreux te passera, sincèrement. Pensées et bizous tendres
    2
    Justmeforyou
    Mercredi 11 Février 2009 à 23:56
    Maitraillon
    Je sais pas... Manque de conscience sans doute, à l'époque on a pas vraiment compris , ni l'un ni l'autre de quoi il s'agissait vraiment, que dominer n'est pas utiliser l'autre pour tout et n'importe quoi, pour un plaisir personnel sans se demander ce qu'il ressent, et que se soumettre n'est pas accepter tout et n'importe quoi sous prétexte qu'on a fait ce choix là... J'ai beaucoup appris des mes expériences de soumission même malheureuses, et aujourd'hui j'en garde le meilleur, l'esprit, la philosophie... Si j'ai écrit ce récit, et s'il est pubié ici c'est grâce à Coquine, qui savait que c'était important pour moi... Vider quelque chose de moi et juste faire comprendre... Le soumission c'est maaagique a condition de pas confondre envie de faire plaisir, de se donner et se forcer à s'exécuter à subir, au risque de se violer soi même... J'arrête là, sinon, je serais intarrissable sur le sujet...
    3
    Jeudi 12 Février 2009 à 15:47
    Le partage...
    D'une transgression... Ce type de soumission ou de domination doit être un plaisir partagé. D'abord uriner chacun dans un verre, échanger ce verre, puis le porter à sa bouche pour en faire une délectation de l'autre, comme une communion de foi altruiste. Ce breuvage au goût amer, immonde, tiédasse, vomitif comme vous le décrivez, serra ce nectar ultime, celui de l'autre. Au départ le dilemme du " oui " et du " NON "... La question, du " Qui suis-je ? "... Domination, soumission, partage, hétéro, homo, lesbien, asexuée frigide, asexué impuissant... Bien à vous, Just from me. Armanny
    4
    Mardi 4 Août 2009 à 17:08
    BELLE
    Je commence tout juste à vivre la soumission...J'ai trouvé mon maitre. Je ne me suis jamais sentie aussi belle et épanouieeeee. Ma devise; tout du moins celle de Lacan: On ne peut jamais assouvir le désir, car désirer est encore un désir c'est sans fin...
    5
    Coquine
    Jeudi 13 Août 2009 à 20:00
    Gladys,
    Je vous souhaite le meilleur à venir à toi et à ton Maître...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :