• Ma vision de la soumission

     

     

    Je vais juste parler de moi, de ce que je pouvais ressentir. Obéir... parce qu'on le veut, sans arrière pensée, parce qu'on sait que l'autre vous amène à gravir des pentes que jamais on ne gravirait seule. Je parle là de ma relation avec X, plus qu'avec Y, même si, avec lui aussi, j'ai eu à ressentir ça, mais pas pareil. Avec X, il m'amenait vers une sorte d'anoblissement de moi-même, de la femme que je suis. De cachée, j'ai grandi, je me suis assumée, j'ai éprouvé de la fierté à marcher à ses cotés, juste dans la rue et à ce qu'on me trouve simplement belle. Ça m'était jamais arrivé avant, juste parce qu'il me faisait sentir, plus qu'il n'ordonnait, la marche à suivre, tout doucement, par amour, un amour dans les deux sens. Je le laissais gérer mon être, la femme, pas ma vie, mais ma féminité, sa découverte, et je me sentais à l'abri, très à l'abri. Et chaque fois que je pouvais obéir à l'amour, c'était pour moi un acte profondément amoureux, un don, un vrai don, qui en plus m'amenait à me sublimer.

    Tout le monde a vu le changement autour de moi, tout le monde, parents, élèves, collègues, tous, même les enfants. J'étais sur un nuage, je le ressentais lui comme un être à part, grand, inatteignable, hors du commun, ce qui me faisait me donner plus encore à lui, avec bonheur. Quand je le décevais, ça provoquait de drôles de réactions, pas de culpabilité, mais une vraie volonté de me battre, de me remettre en cause, pour aller plus loin avec lui. Il n'y a pas eu de SM avec lui. Je me sentais bien et grande dame. Douce soumission, très douce et très belle, puissante, rayonnante sur moi, et sur lui. Et j'aimais parfois sa force de position, ses recadrages parfois énergiques, qui me faisaient me sentir à l'abri, qui me protégeaient de moi-même. J'aimais son autorité naturelle, non feinte, chose que Y n'a jamais pu me donner. Il aimait tellement me voir progresser. Se donner est quelque chose de très fort, de très grand quand c'est bien mené.

    Quand je partais trop en vrille, il arrêtait tout et pouf... je me calmais. Mais obéir a celui qu'on aime est un sentiment terrible, de même que vouloir avancer pour être comme il sait que l'on veut être. Il a su me canaliser aussi, ne s'est jamais laissé aller a me soumettre en m'emmenant vers des choses comme l'humiliation... et tout ce vers quoi je suis allée avec Y. Même que je ne comprenais pas pourquoi. Aujourd'hui, je comprends : au risque de me perdre, par respect pour moi, il n'a jamais voulu aller vers des extrêmes SM. La sensation de se donner est immense, je veux dire le don de soi total est quelque chose d'immense et dangereux si c'est mal géré, ça a tué ma relation avec Y, à la longue. Pourtant il était malgré tout très prudent et très à l'écoute, mais je me souviendrais toujours de ce que j'ai pu ressentir la première fois que... à genoux devant lui (X), j'ai serré fort fort ses jambes. Je sais pas pourquoi, c'était pour moi comme un hommage profond à sa force, sa prestance protectrice. Ne crois pas que je l'aime toujours, c'est fini. Pour plein de raisons, mais je garde le meilleur de mes ressentis.

    Obéir a quelqu'un qu'on s'est choisi par amour, par respect pour sa force ou son charisme et parce qu'on croit en lui, c'est terrible, un sentiment qui exacerbe tout. Il a été tout pour moi, tous mes repères, toutes mes pensées... juste sexuellement ça bloquait et d'autres choses aussi qu'il a voulues lui, car il savait que ce n'était pas sa voie, qui ont, peu à peu, le détachement de lui, comme si je devais voler de mes propres ailes, c'était trop tôt.

    Si je devais, moi, jouer un jour ce rôle-là, j'en serais toujours en larmes, je crois, tellement je me rends compte que recevoir cela de quelqu'un, ce don profond et sincère, est quelque chose d'énorme sentimentalement. Ça me prendrait aux tripes, ça me ferait peur, terriblement peur de décevoir celle qui donnerait tout, de décevoir ses illusions, de n'être pas celle de ses rêves les plus fous, très peur.
    C'est pour ça que je dis que le D/s, quand c'est mené comme il faut, c'est une relation profondément fusionnelle, faite d'amour et de passion, jusqu'au plus profond de soi.
    D'elle, je voudrais faire tout et lui donner confiance en elle, fierté, amour de soi, liberté, la révéler à elle-même, la protéger intensément. Elle serait tout pour moi et moi, tout pour elle, tout. Je recueillerais ce don-là comme ce qui serait le plus précieux d'elle, un trésor, un diamant de cristal, beau et fragile, à tailler chaque jour pour en révéler la pure beauté. Je serais son guide. Elle ferait pourtant ce qu'elle voudrait de moi... quelque part parce que l'amour c'est toujours dans les deux sens, même dans ce cas-là. Donner, recevoir, recevoir, donner. Tout se mélange dans le plaisir d'être deux...

    Après, on peut y voir ce qu'on veut, moi je dis juste ce que je ressens et que je n'ai jamais dit à toi, avant...


  • Commentaires

    1
    Coquine
    Dimanche 1er Février 2009 à 20:58
    Tu es tout
    pour moi, je me donne toute à toi, toute, en toute confiance, en tout amour... pour que tu tienne ma main pour me guider, pour que parfois tu relèves mon regard, pour que tu me montres certains chemins, que tu me protèges, même de moi-même... J'ai lu beaucoup de visions de soumission, je trouve que la tienne est la plus belle, je ne sais pas pourquoi mais la façon dont tu m'en parles et que tu as de l'écrire me bouleverse et me donne envie... avec toi... Je t'aime...
    2
    Justmeforyou
    Lundi 2 Février 2009 à 13:07
    Ma douce "soumise"
    Ce don de toi, cette confiance en moi, cette responsabilité de te faire découvrir toi, à toi même, par delà tes blocages, tes tabous, le poids de tes souvenirs, et tant d'autres choses... c'est un merveilleux cadeau, que je mettrais tout mon amour, toute ma patience à épanouir, à l'infini... Je me sens tellement fière et heureuse quand je sens que ces "non" presque butés d'il y a quelques mois, deviennent des oui si doux, si chauds, si enthousiastes aujourd'hui... J'ai même peine a y croire parfois... Mon amour, j'aime ton corps et ton âme...je t'aime
    3
    Coquine
    Lundi 2 Février 2009 à 17:01
    J'aime ta
    prudence avec les mots, ta façon de les mettre entre guillemets, comme si tu ne souhaitais préserver que le plus bel aspect de ce qu'ils renferment, de ce qu'ils évoquent pour toi, de ce qu'ils sont aujourd'hui pour nous... Merci de ça...
    4
    Justmeforyou
    Lundi 2 Février 2009 à 19:03
    Oui mon Amour
    c'est entre guillemets, car finalement pour moi, se soumettre c'est avant tout vouloir, c'est une volonté profonde, propre et magique de s'en remettre a l'autre, lui confier son ame et son corps en confiance, pour que grandisse ce qui est pour moi la plus belle des relations amoureuse: le don de soi... Je t'aime
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :