• Le manque de tendresse

    Le manque de tendresse

     

    La tendresse, c'est tout ce qui manque cruellement lorsque l'on n'a plus rien ni personne. Ce sont les échanges, un petit bonjour le matin un bonsoir le soir, un signe de la main avant de partir, un baiser en revenant, une étreinte plus pu moins forte et des bras qui serrent autour du cou, une main sur une épaule pour consoler, une larme qu'on essuie d'un doigt et d'un doux sourire, des amis qui entrent, d'autres qui sortent, la porte toujours ouverte sur de nouveaux horizons, de nouvelles discussions.

    La tendresse c'est le contraire de la solitude, c'est l'amitié et l'amour mêlés, c'est les réponses aux questions, l'accompagnement, la douceur sur la peau et sur le coeur, comme un baume qui guérit de tout, qui panse chaque petite plaie et la recouvre d'un voile d'attention, c'est la pommade sur la cicatrice qui dit voilà tu peux souffler, je suis là et je vais prendre soin de toi, je vais t'aider à bien aller, je vais t'aimer sans m'en aller, je te le promets.

    La tendresse, c'est tout ce qu'on a perdu et ce à quoi on tient le plus. C'est quelqu'un qui appelle juste pour un rien, pour dire merci, pour dire j'arrive, pour dire tu viens, c'est une voix qu'on attend avec impatience, un visage qu'on espère tant revoir, c'est une main qui s'empare tendrement d'une autre' un bras qui soutient et maintient, fort et debout, tout contre, avec assurance et empathie.

    La tendresse, c'est cet élan du corps qui court sans se retourner, c'est une attention quotidienne, une solidarité, une douce pensée, écrite et semée au vent de l'espoir, c'est une lettre qui arrive avec des mots ronds et délicieux, une carte postale de bonheur qui illumine un matin tout chagrin, un enfant qui sourit, un chien qui gémit en dormant.

    La tendresse, c'est la chaleur et la joie, un plaid qui couvre les jambes, un livre qu'on referme avant de dormir, un drap qu'on remonte sur le menton, c'est l'assiette qu'on partage, le cadeau qu'on ouvre, les ailes qu'on deploit, c'est une présence rare parmi l'absence, une offrande sacrée et sucrée comme un bonbon de miel qui nous laisse sur la langue le goût de l'enfance et de l'insouciance, un sentiment de sécurité et d'éternité.
    La tendresse, c'est un baiser sur les paupières d'une solitude et l'envie de les maintenir ouvertes malgré le désir de finitude.

     

     

    « 10 ans après...Mon rêve familier - Paul Verlaine »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Spleen36
    Lundi 30 Juillet à 13:36

    Bonjour ici, il y avait bien longtemps que je n'avais consulté mes mails sur la boîte attachée au blog. Trop de mauvais souvenirs sans doute et la découverte d'un décès qui a laissé un grand vide.

    Et puis le temps qui file comme un bas de mauvaise qualité. La vie qui tourbillonne...

    Plaisir de votre passage chez moi où rien n'a changé depuis belle lurette, alors que je constate ici une flopée de mots à la nostalgie prégnante.

    Jolis sentiments résurgents, mais il faut aussi savoir laisser aller. Garder le meilleur comme un soleil intérieur et s'en nourrir à l'envi. Ne pas laisser la nostalgie s'inviter trop souvent au risque de rater le train de la nouvelle voie qui s'ouvre...

    Baisers, là...

    2
    Lundi 30 Juillet à 17:39

    Très cher Spleen, je suis émue de vous lire après tant d'années... vous me voyez désolée de ce décès qui a visiblement assombri votre ciel... j'attends avec grande impatience de prendre un nouveau train, mais voilà... Je ne suis pas descendue encore du précédant... je vous remercie de votre visite et vous dis peut-être à bientôt... écrivez-vous encore ici ou ailleurs ? Avez-vous des nouvelles de Ma Tendre Amante dont je désespère de retrouver le doux sourire ? Bises douces pour vous...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :