• La grande onde

     


    Assises côte à côte... posés devant nous nos assiettes, nos verres... Entrelacées, nos jambes...

    Je te regarde depuis un petit moment déjà... Attendrie... La joue posée sur ma main... J'aime te regarder ainsi. Je souris. Je suis là, avec toi, et ailleurs, mais avec toi en même temps... Des envies, des images... Des peurs aussi... Mais tu m'as dit... « Tu peux, tu peux toi tout essayer... » Libérée, je me lève, amoureuse... Je t'aime... Je t'aime... Je viens derrière toi... J'entoure ton cou de mes bras... ici et ailleurs, dans ma bulle... Je te berce un moment. Tendresse... Toi,Tendre corps féminin je t'aime...
    Une envie... Je passe dans la chambre et je reviens, j'ai à la main les petits bracelets de cuir dont on a parlé déjà... Des bracelets, juste des bracelets, ainsi qu'un petit bandeau noir...

    Te voici maintenant devant moi, allongée sur le côté, recroquevillée sur toi-même, les mains dans le dos, bandeau sur les yeux... Tu ne peux voir mes larmes, mais elles sont là... pour toi, parce que... cette image de toi, que tu m'offres là à cet instant, je ne l'oublierai jamais... Tu es si belle ainsi, si belle... Emue, jusqu'au plus profond de moi, je pleure de l'intérieur jusqu'au bord des yeux... Des yeux mouillés, mais secs de larmes... émotion intérieure...

    Une envie... te recouvrir et de tout mon corps, épouser le tien, être ta carapace, douce et protectrice, une carapace de tendresse et d'amour, mais comme forte et dure... Je suis là, sur toi, je te respire, ivre...
    Mes mains s'abandonnent sur toi, et s'offrent à toi pour les plus douces des caresses, et moi, je pars, je te rejoins dans un monde ou tu ne sursautes plus au moindre bruit, notre monde de silence et d'amour... Mes doigts courent sur tes formes, les dessinent, les réveillent dans une danse qui m'emporte. J'ai soif de toi, jusqu'à l'ivresse, jusqu'à l'envol. Je serre ta main, je ferme les yeux, tandis que mes doigts continuent leur bal sensuel sur les rondeurs de ton corps... Et là, dans le noir, doux vertige, doux abandon, je vais te chercher plus encore et... c'est en toi que le désir m'emporte... En toi... et...
    « C'était la grande onde ?
    - Oui, c'était la grande onde... »
    Merci de cela ma tendre...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :