• Cérébral plaisir



    Quand on est comme ça...

    Il se passe plein de drôles de choses dans la tête,... On s'isole totalement, on part en soi, en ce qu'on est pour l'autre. Son joyau, son bien intime, son amour...
    On pense à ce que ça lui fait... Emotion de la beauté du don sacré... et on aime donner cela...
    On pense qu'on est à l'autre, qu'on est ici liée plus, et plus encore à l'autre et à lui seul. Un lien fort, d'amour intense, inviolable...
    On pense qu'on veut juste rester là, et ressentir cela, tout au fond de soi, le bonheur d'être à l'autre, un bonheur cérébral puissant, lié à l'âme bien plus qu'au corps...
    On veut rester là, juste dans le noir d'un bandeau, dans l'immobilité des liens, dans le vide, dans le vertige sublime de nos pensées, de nos images qui nous emportent loin, si loin... Oui, être là juste pour l'autre, parce qu'on l'aime et qu'elle vous aime... Parce que ça met du feu, des frissons à l'intérieur. On plonge, plonge, ça tourbillonne et... on décolle vraiment, pour le plus beau des voyages. On s'évade de soi, je n'ai pas d'autre mot...
    Juste se laisser aller, se laisser ressentir, oublier tout le reste, les tabous, les interdits... et... se laisser être bien, là dans le cœur de l'autre.
    Alors, ça tourne dans la tête, un grand vertige... On attend la première effleure, la première caresse sur le corps offert, le premier souffle sur la nuque, les frissons sur le corps nu...
    On est là, on est à l'autre, comme l'autre est à soi... Oui à soi...
    On ressent une force intérieure, une chaleur, une ivresse, et l'attente est magique... On écoute les pas, les bruits, on sursaute au moindre souffle...
    Mais dans la tête, toujours cette étrange sensation, cette magie de se déposséder de soi pour s'offrir à l'autre. Celle de sentir alors son profond émoi, son trouble, à travers le léger tremblement de ses gestes, de sa peau...
    Emotion brûlante, très intense, qui laisse vide...
    Fragile magie de l'Abandon total, du don intime et puissant des êtres... Pas de mots, pas de gestes qui briseraient cette magie... toute cette magie des sens transcendés...

    C'est si fragile la magie...


  • Commentaires

    1
    Vendredi 16 Janvier 2009 à 15:53
    oh que oui,
    vertiges des sens, virtuose des émois. Bizous tendres les filles
    2
    Coquine
    Vendredi 16 Janvier 2009 à 16:06
    Et bien plus
    que cela même Tendre Amante... Je t'embrasse tout doux :)
    3
    Vendredi 16 Janvier 2009 à 16:12
    Oui bien plus
    encore je le sais bien, cette osmose, ces envies débordantes de tendresse, ces mouvements de corps, ces frolements de chairs...arf il fait chaud d'un coup, Bizous encore et toujours plus tendres pour toi ma douce
    4
    DCSL
    Vendredi 16 Janvier 2009 à 16:36
    Bonjour vous
    Des mots magique, des corps électriques, des mots doux, des bisous dans le cou, convulsion des sens, ambiance même de l'essence.... Que ça me manque !!
    5
    Coquine
    Vendredi 16 Janvier 2009 à 16:37
    La magie...
    Tu la décris si bien... Et puis cette fragilité qui te caractérise et qui me bouleverse tellement, cette "presque faiblesse"... Si le don de toi a été magnifique j'aimerais que le mien le soit tout autant, j'aimerais t'appartenir moi aussi, être toute à toi, me laisser aimer et posséder par toi, me laisser guider et déposséder de tout mon être pour toi... Je t'aime...
    6
    Coquine
    Vendredi 16 Janvier 2009 à 16:40
    DCSL, je suis
    ravie mais alors ravie de ta petite visite surprise si tu savais :) Si ça te manque et bien écris écris écris! Je suppose que ce ne sont que les mots qui te manquent... Biiiises
    7
    DCSL
    Vendredi 16 Janvier 2009 à 16:49
    Ecrire
    Ecrire, oui mais écrire quoi, pour qui, pour toi, pour moi, pour eux, pour vous, pour nous, se délecter de vos mots, effleurer les touches du clavier pour braver un écran blanc et projeter mes maux, dans un conditionnement des sens, le coeur sous électro choque, l'âme en fusion, boire un élixir de narcotique, pour une toquade de sensibilité, prouesse, ivresse, déclencher cette fureur pour combler mes ardeurs, faire escale sur cette bouche, pour enfin faire mouche.
    8
    Coquine
    Vendredi 16 Janvier 2009 à 16:55
    Voilà, écrire
    pour toutes ces raisons sans doute et "projeter tes maux", oui... les partager, les noter, les pianoter, sur l'écran de tes souvenirs, au fil de tes désirs, de tes soupirs, pour notre plus grand plaisir :)
    9
    Coquine
    Vendredi 16 Janvier 2009 à 16:58
    Tendre Amante, personne
    ne t'empêche de te déshabiller si la chaleur est trop étouffante :) Ta tendresse... hummm une vraie légende ça!
    10
    Justmeforyou
    Samedi 17 Janvier 2009 à 18:34
    Pfou!
    Pfou! Moi aussi j'ai trop chaud... pff toujours trop de vËtements pour te lire moi...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :